Un matin d’hiver au COB par Jacqueline Prod’homme

Nous sommes en 1983, en Février (la date exacte m’échappe car je ne l’ai pas marquée sur les photos – quelle erreur professionnelle vu mon métier mais c’est ainsi) . Il a neigé sans doute une partie de la nuit et la neige continue à tomber. Je me souviens avoir mis un temps fou pour arriver du centre-ville au COB, plus d’une heure et ne pas être rassurée n’aimant pas rouler sur la neige.

Une fois passé le poste de garde, impossible de franchir la première côte. Ma voiture patine et je dois la garer n’importe comment sur la voie de gauche. Heureusement mon bâtiment n’est pas loin : il vaut mieux car je ne suis pas douée non plus pour marcher dans la neige !!!! J’arrive donc devant le BNDO (Bureau National des Données Océaniques) où se trouvent la Bibliothèque avec son centre de documentation et le service Publications, puis le Service des données marines et le Service Informatique).

Là, je retrouve 3 collègues dont Véronique qui est avec moi à la Bibliothèque et Catherine et Maguy de l’Informatique. Comme moi elles admirent le paysage et tous ces beaux sapins qui croulent sous le poids de la neige.

Peu de pas encore dans ce beau tapis neigeux immaculé …

Nous étions arrivées jusque-là pour travailler, mais la tentation de s’amuser avec la neige comme des gamines dans une cour d’école était là et nous commençons notre matinée par faire un bonhomme de neige. Véro et moi nous nous activons donc à la tâche.

Les flocons de neige reprennent et volent. Il fait froid . Malgré nos gants, ça pince ….. .

Catherine nous passe son écharpe, quitte à attraper froid afin d’habiller notre bonhomme et nous récupérons aussi, je ne sais où, un chapeau. . .

Un peu plus tard dans la matinée, un soleil timide se substitue aux flocons de neige et au ciel nuageux, les sapins perdent leur beau manteau blanc. Claude et Michel viennent regarder notre bonhomme de neige qui trône sur le parking à la place des véhicules restés en rade à l’entrée du Centre Océanologique de Bretagne !!!!

L’appareil photo était présent dans le bureau, ça tombait bien car à cette époque les téléphones portables n’existaient pas. J’ai mis du temps à retrouver cet album, mais voila. Ainsi se trouvent ravivés de beaux souvenirs montrant que l’on sait s’adapter aux caprices de la météorologie.

Sur toute ma carrière COB ou Ifremer, j’ai connu quelques autres épisodes neigeux et verglacés, mais nous n’avons jamais refait de Bonhomme de Neige.

Jacqueline Prod’homme – Laval, 7 décembre 2018

Ce contenu a été publié dans Publications 2018. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Un matin d’hiver au COB par Jacqueline Prod’homme

  1. jacques denis dit :

    Merci Jacqueline, ça fait du bien de ne pas se prendre au sérieux de temps en temps, même sur le campus d’un centre de recherches !! (il y aurait d’ailleurs bien d’autres anecdotes à raconter de cette « époque » !).
    Ce serait bien que la neige revienne cet hiver pour réanimer ces élans naturels, elle a toujours un effet magique…
    Bises du sud,

  2. Michel Joanny dit :

    Les prénoms c’est bien, mais quand on a des pb avec sa mémoire des noms propres, c’est un exercice frustrant que de les retrouver ! (c’est fait…)

    Merci Jacqueline pour ces sourires. Ce jour-là, j’avais un peu plié une jante de mon véhicule contre un rebord de trottoir du COB par un freinage trop sec !

    Michel J

  3. ANTOINE dit :

    Beau souvenir ! A cette époque nous étions sur l’atoll de Tikehao avec Eric Morize, de l’Orstom (futur Ird) à mesurer du poisson, le cul dans l’eau… Autres temps !
    Loïc

  4. agm dit :

    Une histoire sympathique et rafraîchissante. Merci Jacqueline…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.